3- On garde une humilité de jardinier quand on est pas Dieu.

Postulat n°2 – Dieu a fait le monde en 6 jours. C’est un modèle de Big Bang réussi. Depuis il n’y en a pas eu. L’homme lui doit se contenter de s’améliorer dans la continuité, action par action.  On essaie humblement de rattraper les erreurs criantes de management. On ne fait pas des « boulets » les lampistes. Ce ne sont pas eux les coupables. 

Commandement n°3 – Un grand ménage, tu feras. Bien entendu, il n’est pas question de s’arrêter aux « boulets ». Dans la foulée, on videra les armoires, jettera les vieilleries, fera le compte des vieux papiers, dépoussiérera au sens propre et au sens figuré…  C’est le ménage des fameux 5S. Et il a plein d’effets bénéfiques : c’est une forme de communication non écrite qui parle de remise en cause et qui est reçue 5 sur 5 par les salariés, on se retrouve tous niveaux hiérarchiques confondus le nez dans les toiles d’araignées (encore de la communication non écrite sur la solidarité et la convivialité), on évite quelques accidents du travail en dégageant les allées et en mettant en évidence les câbles qui trainent (et cela, ce n’est pas rien) et on se sent plus léger après.  Revenons à nos tuyaux. Bien sur, nous avons jeté les tuyaux percés et astiqué tout autour.  Le travail est loin d’être fini pour autant. 

Commandement n°4 – L’idée d’amélioration continue, tu introduiras. En douceur. On travaille sur ses processus. En famille. On part du principe que le connaissance des ses processus ne peut être sous traitée : 

1 – parce que les personnes qui travaillent dans un domaine savent déjà où elles peuvent « gratter » 

 2 – parce que ces mêmes personnes sont loin de tout savoir : les tenants et aboutissants des activités au frontière des périmètres de chacun sont souvent mal connus. 

Là il s’agit de commencer à mettre en œuvre des groupes de travail sur des sujets transversaux. On va commencer par un sujet à priori peu polémique : la Qualité.  La Qualité n’emballe en général personne : un tas de documentation que l’on voudrait vous faire lire et dont vous n’avez pas encore compris le classement, des procédures à écrire alors que l’on a un « vrai » boulot à faire, des auditeurs internes fastidieux…  Il y a là un vrai potentiel de décroissance raisonnée. Dans ce groupe de travail, nous aurons : Le Directeur Général qui y parlera de : -contexte (contexte économique, concurrence, exigences clients)  -contraintes (celles données par les actionnaires, le Conseil d’Administration,  le Siège du groupe dont il dépend..)  -aspirations  -valeurs d’entreprise De ceci, le groupe de travail pourra déterminer la colonne vertébrale de la Qualité, son fil conducteur, et il aura une base pour ausculter son Système Qualité. Reprend-il visiblement les valeurs de l’entreprise ?  Est-il lisible ? Ou sont les doublons ? Etc… Et on bataille pour que les Certificateurs acceptent des aménagements.  Et on s’offre des moments créatifs et récréatifs pour aider celui à qui échoue le rôle d’animateur de la Qualité dans l’entreprise (Le Directeur Général – pas le Directeur de la Qualité). 

Commandement n°5 –  Tes tuyaux, en catégorie tu classeras. Pendant que les différents départements vont s’amuser à cogiter sur la Qualité, la RH va travailler sur ses tuyaux. L’idée ici c’est de commencer à classifier ses ressources. Nous avons vu que notre éléphant est né d’une croissance mal gérée. Nous décidons évidemment à ce moment là de stopper les embauches extérieures à l’exception des compétences techniques particulières. On déséquilibre légèrement aussi l’organisation (moins d’effectif) de façon à rassurer les salariés : moins on se sent en surnombre dans un service, moins on se sent en danger et donc plus à même d’apporter sa contribution à l’amélioration des processus. 

1- On laisse les salariés des couches « support » rejoindre les couches « opérations » s’ils le souhaitent. Mais avec à la clef un challenge/une contrainte : amélioration du service client, extention des heures d’ouverture… 2- On fait le compte de tous les jeunes salariés à faible salaire sans qualification particulière : ce sont des candidats éventuels pour des contrats d’apprentissage en alternance dans des domaines où l’entreprise pourrait être en déficit. On peut proposer des maintiens de salaire contre un engagement à travailler pour la société pour x années. Et on ne s’autocensure pas. La petite blonde de la compta qui s’angoisse à l’idée de saisir des factures fournisseurs toute sa vie sera peut-être ravie qu’on lui propose un CAP Maintenance. 

3-On réfléchit sur les temps partiels : on fait des petites croix devant les salariés avec de jeunes enfants, ceux que l’on sait mariés avec des gens en travail posté, ceux qui sont très impliqués dans des activités associatives, ceux qui donnent des cours… 

Et puis on se met à jauger ses ressources. voir 4. 



Répondre

Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
3D-Margot-Marina-Franck |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cuisinebio
| Droit social (Actualités &a...
| CREA IUT Valence